Casablanca : vernissage de l’exposition « Lumières, matières et formes » du Trio Jaeckin

Casablanca : vernissage de l’exposition « Lumières, matières et formes » du Trio Jaeckin

Le vernissage de l’exposition “Lumières, matières et formes” du Trio Jaeckin (Just, Anne et Julia), famille d’artistes français, a eu lieu, mercredi soir, à Casablanca, en présence de personnalités culture et d’amateurs d’œuvres d’art.

Ainsi, de génération en génération, sont exposées, à So Art Gallery Casablanca, jusqu’au 13 mars prochain, les œuvres de Just Jaeckin, photographe, sculpteur et réalisateur, de son épouse, Anne, et de sa fille Julia Jaeckin.

‘’Cette exposition est porteur d’un message à savoir qu’il est difficile de trouver une famille entière composée d’artistes et de créateurs’’, a déclaré la responsable de l’organisation de cet événement artistique, Hanifa Chanaoui .

Pour sa part, Julia Jaeckin (24 ans) a indiqué qu’elle voue un amour particulier au Maroc où elle travaille sur des sujets en lien avec la femme et les traditions marocaines.

‘’Je suis très heureuse de participer à cette exposition aux côtés de mon père et de ma mère qui ont été à l’origine de ma passion pour la photographie’’, a-t-elle ajouté.

Pour elle, la photographie de portraits et de mode sont le terrain de prédilection où sa sensibilité pour la lumière et le cadrage, base de son talent, peut s’exprimer.

‘’Ce que j’aime dans la photographie, c’est pouvoir capter l’espace d’un court instant, un regard, une émotion’’, dit-elle, observant que ‘’La femme est ma muse que ça soit dans le domaine du portrait ou de la mode’’, a-t-elle ajouté.

L’influence de son père, dans ce domaine, est remarquable. En effet, Just, après des études à l’école des arts déco, est devenu photographe des stars pour des magazines prestigieux (Vogue, Elle, Marie Claire, Harpers-Bazar etc.)

Il semble prendre ses quartiers à la galerie STADLER dans les années 68 où ses sculptures seront exposées pendant près de 5 ans. Ce sont des matières comme le plexi et le carton qu’il choisit et qui donnent à son travail son caractère très contemporain. C’est aussi à cette période qu’il trouve le moyen de « s’essayer à la caméra » en tournant pour Dim Dam Dom et en réalisant le fameux film « Emmanuelle », qui va faire scandale, mais restera à l’affiche sur les Champs-Élysées pendant 13 ans. Suivront 8 autres longs métrages, dont Madame Claude.

Son épouse, Anne, a, quant à elle, commencé la danse à 6 ans et devient par la suite danseuse professionnelle. Elle découvre, plus tard, sa nouvelle passion pour la sculpture qui la pousse à fréquenter de nombreux ateliers parisiens.

En 2001, Anne et Just Jaeckin ouvrent leur galerie où ils exposent leurs collections permanentes.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Retrouvez-nous

Facebook Pagelike Widget

Abonnez-vous à notre Newsletter