Actualité, Culture, Tourisme, Lifestyle

Idir: comment une chanson du village a fait connaître la musique algérienne au monde

954

Dans les années 1990, j’ai eu la chance de rencontrer la regrettée chanteuse algérienne Idir (Hamid Cheriet 1949-2020). Nous avons bavardé pendant plusieurs heures dans un café à l’extérieur de l’Association culturelle berbère à Paris. Je faisais des recherches sur ce qui s’appelait alors New Kabyle Song ( la nouvelle chanson kabyle ).

Les kabyles sont l’une des populations indigènes amazighes ou berbères d’ Afrique du Nord . Aujourd’hui, les Imazighen constituent la plus grande minorité d’Afrique du Nord, identifiée par sa langue et ses traditions culturelles dynamiques.

Idir est largement reconnu comme l’un des créateurs de ce nouveau genre musical. Il m’a dit qu’il était inspiré par les chansons qu’il avait grandies en entendant sa grand-mère chanter pendant qu’elle tissait, barattait du beurre, berçait un enfant pour dormir ou louait un nouveau marié.

Idir a masqué ces chansons dans des harmonies occidentales, les a arrangées pour la guitare et d’autres instruments contemporains, et les a apportées au public à travers l’Afrique du Nord et l’Europe. Sa chanson à succès A Vava Inouva (Oh My Father) avait lancé sa carrière internationale en 1973, une qui verra sept enregistrements majeurs.

Qu’est-ce qui a poussé Idir – qui au début des années 1970 était un étudiant algérien en géologie avec peu de formation musicale – à être acclamé dans le monde entier? Pour le savoir, je suis retourné à ses racines.

Retour au village

J’ai suivi les chansons d’Idir dans son village natal à Lahcène (à Yenni) dans les montagnes du Djurdjura. En travaillant avec des chanteuses plus âgées, j’ai cherché à comprendre comment Idir avait reconstitué leurs chansons pour un public plus large: ce qu’il avait conservé et ce qu’il avait transformé?

J’ai également longuement discuté avec le poète avec lequel Idir a collaboré dans les premières années, Mohamed Benhamadouche (plus connu sous le nom de Ben Mohamed ). Ben, lui aussi, s’est inspiré d’un enregistrement de chansons traditionnelles qu’une vieille femme de son village avait faites pour lui. Nous avons parcouru les chansons ligne par ligne et mot par mot.

Et j’ai demandé à Idir et Ben de me parler de ce qui les avait inspirés à travailler avec des chansons de femmes du village en premier lieu. Quelles étaient les ambiances idéologiques et culturelles dans lesquelles les deux artistes travaillaient à la fin des années 60 et au début des années 70?

Parcours culturels

Dans mon travail plus vaste, je situe la musique d’Idir au confluent de diverses «interconnexions ramifiées» ou branchements, terme introduit par l’anthropologue Jean-Loup Amselle. Cela décrit la façon dont les produits culturels émergent d’un réseau de voies ou de paysages culturels interconnectés.

La chanson A Vava Inouva – inspirée d’une histoire traditionnelle sur une jeune fille essayant de sauver son père du danger – a creusé une nouvelle jonction à l’intersection de plusieurs voies. Il s’agit notamment des mouvements mondiaux de décolonisation, des revalorisations du patrimoine culturel et des nouvelles technologies comme la cassette. Idir a également cherché à faire reconnaître sa langue tamazight et sa culture amazighe, en opposition à l’orientation idéologique arabo-islamique dominante de l’Algérie.

Ces voies se sont réunies à A Vava Inouva . Il s’est avéré que le retour d’Idir au village a été inspiré par ce qu’il a vu se produire dans le monde .

Dans le monde

Idir et Ben Mohamed ont été fortement inspirés par le premier festival culturel panafricain , tenu en 1969 à Alger. Ici, ils ont assisté à des performances culturelles dynamiques de troupes à travers l’Afrique et entendu des conférences de sommités lumineuses postcoloniales comme Joseph Ki-Zerbo et René Depestre .

A cette époque, Ben Mohamed a assisté à une présentation de l’ethnographe français Jean Duvignaud, qui avait écrit un livre et réalisé un documentaire sur le village de Shebika en Tunisie voisine. (Le documentaire inspirerait un long métrage de Jean-Louis Bertucelli.)

Voir leurs traditions représentées sur papier et sur film a donné aux Shebikans une nouvelle façon de se voir: alors qu’ils avaient autrefois dénigré leur culture traditionnelle, ils en voyaient maintenant la valeur.

Comment Idir et Ben Mohamed pourraient-ils montrer leurs propres pratiques traditionnelles sous un nouvel angle? La musique était la réponse d’Idir. En mettant des chansons kabyle traditionnelles dans un langage musical contemporain, il leur a donné une nouvelle vie, propulsant des chansons qui n’avaient été chantées que par des femmes dans des villages kabyle dans des voies de circulation et de médiation beaucoup plus larges. Les chansons d’Idir ouvriraient également la voie à une musique plus politisée qui accompagnerait le mouvement culturel berbère des années 1980.

Bande originale d’une Algérie moderne

Un Vava Inouva est construit autour du refrain chanté d’une histoire que les grands-mères racontaient depuis longtemps dans toute la Kabylie. Idir a établi le refrain bien connu entre de nouveaux couplets écrits par Ben Mohamed. Dans les scènes typiques du village, la grand-mère fait tourner son histoire, entourée de membres de la famille engagés dans leurs propres activités, la neige tombant doucement à l’extérieur.


Une photo de 1993 du village de Lahcéne dans les montagnes de Djurdjura dans la région kabyle du nord-ouest de l’Algérie, où Idir est né. 
Jane E Goodman / Indiana University Press

Lorsque la chanson a frappé les ondes algériennes, elle était électrisante: un ami a rapporté avoir vu des gens descendre dans l’escalier mécanique pour l’entendre jouer sur les haut-parleurs du rez-de-chaussée d’un magasin.

C’était également la première chanson algérienne à être diffusée sur la radio nationale française, en 1975, coïncidant avec la première visite d’un président français (Valéry Giscard d’Estaing) en Algérie depuis l’indépendance de l’Algérie en 1962. De là, la chanson a décollé, aurait-on dit vendu à environ 200 000 exemplaires d’ici 1978. Il serait traduit dans plus d’une douzaine de langues et repris par des groupes du monde entier.

En Algérie, les chansons d’Idir ont donné à Kabyles le sentiment que leur culture comptait: que les coutumes et traditions amazighes n’étaient ni arriérées ni dépassées, mais pouvaient faire partie d’une nation algérienne moderne. Les chansons ont contribué à jeter les bases d’une revalorisation généralisée de ce patrimoine au cours des décennies suivantes. Dans le même temps, ils ont créé un sentiment d’enracinement et un sentiment de chez-soi pour les nombreux Algériens vivant dans la diaspora.

J’étais dans le public quand Idir a clôturé son concert de 1993 au Théâtre Olympia à Paris avec A Vava Inouva . Il a été rejoint sur scène par plus d’une dizaine de chanteurs kabyle. En passant le micro de l’un à l’autre, chacun a chanté une seule ligne de la chanson alors que la foule rugissait.

Dans le bus de la ville, après un autre concert d’Idir à Paris au milieu des années 1990, tout le bus de spectateurs algériens trop jeunes pour avoir entendu Idir dans les années 1970 a commencé à couronner le refrain de la chanson. À ce moment-là, la musique d’Idir était elle-même devenue un signe d’héritage collectif auquel tous pouvaient prétendre.

Source: The Conversation

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.