Actualité, Culture, Tourisme, Lifestyle

Maroc : l’association Ismoune N’aari, une partenaire incontournable pour la promotion de l’écotourisme dans la province de Khénifra

Comme son nom amazigh l’indique, l’association « Ismoune N’aari » est une association des « amis de la forêt » passionnés par les sports de montagne et très particulièrement, de la randonnée pédestre. Son objectif : le développement et la promotion de la ville de Khénifra et sa région, à travers la promotion de l’écotourisme et le tourisme de nature.    

Créée en 2005 par des mordus de la randonnée pédestre et de la découverte des fins fonds de la montagne du Moyen Atlas, notamment celles de la province de Khénifra, l’Association Ismoune N’Aari qui s’est réunie le 4 décembre dernier en assemblée générale ordinaire, au Centre de l’Education relative à l’environnement, a renouvelé sa confiance en la personne de Mustapha Taoudi, qu’elle a naturellement réélu président du club.

En effet, malgré les circonstances difficiles traversées par le Maroc en ces temps du COVID-19, il a pu réaliser des prouesses durant la saison 2019-2020, entre autres, l’organisation d’une dizaine de randonnées pédestres dans la province de Khénifra, l’organisation et l’encadrement d’une grande randonnée pédestre touristique reliant Aguelmam Azegza aux lacs Tiglmamine via le plateau d’Ajdir, au profit des adhérents de l’association provinciale des retraités de l’enseignement de la province d’Ifrane, la célébration de l’année amazigh 2970, le soutien financier accordé à un certain nombre de famille démunies touchées par les effets négatifs de la pandémie du Coronavirus et surtout, le projet d’organisation du premier séminaire provincial sur le tourisme écologique de mars 2020, en célébration des journées respectives de la femme et de la foret, et qui a été reporté à cause de la pandémie du Covid-19 qui servit aujourd’hui encore dans le royaume.

Dans une déclaration, le président d’Ismoune N’Aari a tenu de préciser que l’un des objectifs primordiaux du club est la promotion de la région de Khénifra, vu la richesse de ses potentialités naturelles, culturelles et historiques, pour développer le tourisme national et local, et permettre de ce fait aux habitants de cette zone d’excercer des activités génératrices de revenus, tout en préservant la foret et la nature. 

Dans cette optique, a-t-il ajouté, le club a répertorié plus d’une vingtaine de circuits de randonnées pédestres et vélo-tout terrain (VTT), en adoptant une approche thématique dans le choix et l’appellations des circuits, tels que les circuits bleus, permettant la visite des points d’eau, des lacs et cours d’eau pour intéresser les amateurs de la pêche sportive et de loisir, les circuits verts, permettant la découverte de la cédraie d’Ajdir, d’Aguelmam et la foret d’Aguelmouss, les circuits des mausolées qui permettent de découvrir les innombrables mausolées et marabouts et l’histoire spirituelle de la région comme celles de Sidi Ali Amhaouch, Sidi Ali ou Brahim, la zaouia naciria près de Tamaskourte, en plus des circuits d’histoire qui donnent l’occasion aux randonneurs de vsiter les hauts lieux de l’histoire de la région de Khénifra, à l’instar de la Kalaa d’Adakhsane, la Kalaa d’Akallal qui sont de hauts lieux de la résistances, encore peu connus, en plus de la ville historique de Fazaz et les différents ponts de cette zone traversée par le fleuve d’Oum Rabie, dont le pont Ismailia et le pont du Borj sans oublier le circuit des combattant pour visiter les hauts lieux de la résistance notamment sur les hauteurs de Lahri qui a connu la bataille de Lahri, ou encore le mausolée du grand Moha ou Hammou Zayani à Tamallakte.

                                                                                    Mohammed Drihem 

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.