Actualité, Culture, Tourisme, Lifestyle

Rabat: “Création d’au delà des murs ou quand l’art libère”, une exposition dans l’univers carcéral

12

A l’occasion de la journée nationale des détenus, une exposition artistique intitulée: “Créations d’au delà des murs ou quand l’art libère” a été organisée, vendredi au Musée de Bank Al-Maghrib à Rabat, en présence de plusieurs artistes peintres incarcérés.

Organisée par le Musée de Bank Al-Maghrib en partenariat avec la Délégation générale à l’administration pénitentiaire et à la réinsertion (DGAPR) et le Conseil national des droits de l’Homme (CNDH), cette exposition vise à donner un visage humain au monde carcéral réputé “fermé” et à démontrer que la prison reste un lieu branché constamment sur le monde extérieur, selon les organisateurs.

Ce projet artistique d’envergure a proposé un parcours en deux temps, une découverte des multiples aspects de la créativité artistique chez les détenus marocains venant de divers établissements pénitentiaires du Royaume, ainsi qu’une immersion de “l’autre côté” à la rencontre des créateurs anonymes à travers les clichés et film documentaire réalisés par l’artiste photographe, réalisateur, et designer, Darem Bouchentouf.

Le directeur général de Bank Al-Maghrib, Abderrahim Bouazza a souligné que cette exposition constitue une occasion d’échange et de partage des créativités des détenus avec le public dans les domaines des arts plastiques, l’artisanat, félicitant les détenus pour leurs créativités prometteuses qui sera un élan vers leur adhésion effective dans la société.

M. Bouazza a également relevé que cet évènement artistique revêt un caractère particulier, vu ses aspects sociaux, humains et culturels, affirmant qu’il s’inscrit dans le cadre d’une série de rencontres organisées par le musée de Bank Al-Maghrib afin d’encourager les jeunes compétences artistiques, permettant à Bank Al-Maghrib de sensibiliser aux questions culturelles et de rapprocher les créations artistiques au large public.

Pour sa part, la présidente du Conseil national des droits de l’Homme (CNDH) Amina Bouayach a fait savoir que cette exposition transmet la voix de 42 détenus dans 24 établissements via 50 peintures, ajoutant que ces voix ont pu, au delà des murs, s’exprimer, faire entendre leur voix à l’opinion publique marocaine, à travers leurs créations artistiques.

“Ces personnes sont privées de leur liberté certes, mais ils sont attachées à leur relation avec la société, à l’art, à une deuxième chance pour avoir une vie digne”, a-t-elle fait valoir.

De son côté, le Directeur chargé de l’action sociale et culturelle pour les détenus et leur réinsertion à la DGAPR, Moulay Driss Aguelmam a indiqué que cette rencontre est l’occasion de présenter les réalisations des détenus dans la prison, espace pour une deuxième opportunité et pour promouvoir la créativité, ajoutant que la DGAPR considère que l’art, sous ses divers aspects, est un véritable outil de réinsertion.

“Cette exposition transmet la voix du détenu, qui n’est pas en marge de la société”, a-t-il ajouté, soulignant que l’incarcération ne le prive pas de sa dignité.

Offrant un véritable espace d’expression, d’échange et de partage, l’exposition consacrée aux détenus devenus artistes pendant leur incarcération constitue un formidable pont entre dedans et dehors, dans l’attente d’un nouveau départ.

MAP

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.