“Visa For Music” s’assigne comme mission de promouvoir la musique de l’Afrique et du Moyen-Orient à l’international

Le Festival “Visa For Music” s’assigne comme mission de promouvoir la musique de l’Afrique et du Moyen-Orient auprès de l’Europe et des marchés du Nord et se veut une “diplomatie culturelle” qui renforce la vision Sud-Sud du Maroc, a souligné, mardi à Rabat, le fondateur et directeur de ce rendez-vous artistique, Brahim El Mazned.

M. El Mazned, qui était l’invité du Forum de la MAP sur le thème “Visa For Music, la plateforme pour le développement de l’industrie musicale en Afrique et au Moyen-Orient”, a indiqué que cette région est connue pour être l’une des plus dynamiques et se caractérise par une création musicale “extrêmement riche”.

Cependant, a-t-il poursuivi, il existe toujours un certain manque de visibilité des artistes d’Afrique et du Moyen-Orient à l’international, comme en atteste le pourcentage réduit (1% pour l’Afrique et 2% pour le Moyen-Orient) de la présence par région dans l’industrie, par rapport à 14% pour l’Amérique du Nord, 16% pour la Grande-Bretagne ou encore les 19% de la France à elle seule.

C’est justement dans ce sens que “Visa For Music” a été créé pour promouvoir la mobilité artistique entre les pays d’Afrique et du Moyen-Orient, participer au développement des industries culturelles de ces régions, contribuer à l’amélioration de la condition des artistes des pays du Sud et renforcer le rapport Nord-Sud et Sud-Sud dans le secteur culturel, a expliqué M. El Mazned.

Cet événement artistique réussit, à travers un projet multidimensionnel, comprenant notamment des Showcases, des conférences, des formations et ateliers, des expositions et des speed-meetings, à développer la scène musicale régionale au niveau international, a-t-il ajouté.

Dans le même sillage et d’une manière plus générale, M. El Mazned a souligné la nécessité de développer un marché et une industrie musicaux pour exploiter le potentiel artistique et culturel “riche et varié”, mais encore “sous-exploité”.

Il a fait observer que la scène artistique et musicale en Afrique et au Moyen-Orient souffre toujours de départs des artistes et leur installation à l’étranger pour un management professionnel et efficient, de manque de structures professionnelles et d’une reconnaissance et fierté insuffisantes dans les pays d’origines.

“Un marché et une industrie musicaux bien mis en place permettront de dépasser ces problèmes et d’éviter une perte importante de retombées économiques et de potentiel social”, a-t-il relevé.

M. El Mazned a, par ailleurs, indiqué que Visa For Music est appelé dans les années à venir à intégrer les artistes et les musiques des Caraïbes, d’organiser des rendez-vous dans les capitales africaines et d’intensifier et renforcer les démarches avec les pays anglophones et lusophones du Continent.

S’agissant de l’édition 2019 (20-23 novembre), M. El Mazned a fait savoir, qu’à l’issue de l’évaluation par le jury des 852 candidatures reçues, une cinquantaine d’artistes, représentant une vingtaine de pays, vont se produire sur quatre scènes de la capitale du Royaume.

Outre les 23 artistes et groupes marocains, sont également attendus des musiciens représentant le Sénégal, l’Égypte, la Jordanie, la Tunisie, le Kenya, l’Algérie, le Zimbabwe, le Ghana, la Belgique, le Togo, le Mozambique, le Mali, le Nigeria, l’Angola, le Bahreïn, l’Ouganda, le Cameroun, la Tanzanie, l’Ile de la Réunion, le Liberia, le Bénin, la France, le Royaume-Uni, la Russie, le Mexique, la Corée du Sud et l’Espagne.

De même, 7 conférences, 3 formations et ateliers sont programmés et 45 exposants et 15.000 spectateurs sont attendus.

MAP

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Retrouvez-nous

Facebook Pagelike Widget

Abonnez-vous à notre Newsletter